PROMENADE JAURESSIENNE À TOULOUSE – Lundi 30 mai –

Avec notre adhérent et ami l’écrivain Francis Pornon qui commentera d’après son livre, sur les lieux où s’illustra Jean Jaurès, aussi pertinent dans la gestion républicaine de la ville que dans ses œuvres plus vastes :
                                                                                                                       

                clip_image004

***************************

Rendez-vous à 18h devant les Beaux-Arts

sur le quai de la Daurade.

***************************

Le circuit est prévu par l’ex-hôtel d’Espagne et l’hôtel d’Assezat, puis place Roger Salengro et place du Capitole (ex café de la Paix, ensuite salle du Sénéchal, place Saint-Sernin (lycée et Bourse du travail) et retour par la rue d’Alsace-Lorraine (ex-Dépêche) et le square du Capitole (cour Henri IV et monument).

Lundi 30 mai, nous passerons avec les beaux jours une fin d’après-midi fraternelle et conviviale : promenade commentée de lieu en lieu autour du centre (de 18h à 20h) et le pot de l’Amitié clôturera cette promenade au Byblos, place Wilson.

(Il est impératif de s’inscrire avant le 23 mai)

rene.lloret@free.fr – Port. 06.42.62.65.73.

Compte – Rendu du Café Jaurès du 10 MAI 2016 « Le PS et l’actualité de Jaurès dans l’itinéraire de Paul Quilès »

quiles
   « Le PS et l’actualité de Jaurès dans l’itinéraire de Paul Quilès »

Thème lié à la biographie consacrée à Paul Quilès par André Cabanis et Serge Regourd dans leur ouvrage « Paul Quilès ou comment rester socialiste de Mitterrand à… Jaurès ». Ces deux universitaires, André Cabanis, professeur à l’université de Toulouse 1 Capitole, ancien directeur de l’institut d’études politiques et historien, Serge Regourd, professeur à l’université de Toulouse 1 Capitole, directeur du laboratoire IDETCOM (Institut du droit des espaces, des territoires, de la culture et de la communication), ont fait œuvre d’Histoire immédiate grâce à Paul Quilès qui a mis à leur disposition toutes ses archives. Ce dernier a relu l’ouvrage qualifié par Le Président Rémy Pech de « cocktail étonnant de vérité et de fraîcheur ».

La présentation de l’ouvrage par Serge Regourd recoupe étroitement la vie et l’itinéraire de « l’Objet » de la biographie émaillée de quelques anecdotes marquantes au sein du Parti Socialiste à la (re)conquête du pouvoir. Parti avec André Cabanis pour faire un ouvrage historico-politique, la personnalité de Paul Quilès, légitimiste au centre des courants PS…aujourd’hui partisan d’une gauche critique, a suscité leur curiosité. Paul Quilès par sa forme d’élégance et sa hauteur de vue ramène à la problématique du sous titre, à savoir la fidélité à des valeurs, celles de la pensée de Jaurès. Malgré des désaccords de ressenti à l’issue du dépouillement des archives, cette biographie a été autorisée par Paul Quilès et ouvre à l’interrogation : quelle est l’actualité de la pensée de Jean Jaurès ? Plusieurs fois Ministre durant les deux septennats de François Mitterrand, le parcours de Paul Quilès ne passe pas par l’ENA ou le militantisme syndical tel qu’on le conçoit à ses débuts . Scientifique, issu de Polytechnique, il a embrassé une carrière d’ingénieur dans l’industrie moment où il devient syndicaliste.

IMG_1814

IMG_1817

Dans l’esprit de Paul Quilès, une biographie survient après la disparition, d’où son étonnement face à la demande d’André Cabanis et Serge Regourd, Cependant il avoue que ce temps passé au projet a été l’occasion de moments passionnants et étranges. Après un bref rappel de son itinéraire professionnel (polytechnique, ingénieur à Pauillac puis aux Pays-Bas dans l’industrie gazière) et de son investissement syndical, il aborde son engagement en politique. De ces expériences naîtra sa conviction qu’il faut comprendre, vouloir, agir. Les trois sont nécessaires et de surcroît il ne faut pas se tromper dans le tempo (discuter d’abord avec les partenaires puis avec les parlementaires), ni dans les alliances. Directeur de campagne de François Mitterrand en 1981, Il évoque la victoire du 10 Mai, trente-cinq ans aujourd’hui même. Longtemps dans l’ombre de François Mitterrand, il est élu député du Tarn en 1992 dans la circonscription de Jaurès, il apprend beaucoup de Rolande Trempé (qui vient de nous quitter à la veille de son centenaire) et de Madeleine Rebérioux mais aussi du peuple de Carmaux en recueillant les souvenirs de ceux qui ont «connu » Jaurès. En effet ce dernier a profondément imprégné les mentalités par sa pédagogie de proximité en « élevant (les carmausins) au-dessus des problèmes du jour », leur parlant aussi bien de leur quotidien que des Balkans…assurant ainsi leur formation à l’international. En écho, nous notons l’expérience de Paul Quilès au Rwanda, par exemple. En matière de conflits, comme Jaurès, il pense que la seule solution reste l’arbitrage international. Sur le plan national Jaurès a œuvré pour rassembler l’État Républicain en 1890, devenu socialiste, il acceptera cependant le Programme de Marseille suite à des compromis. Il a compris que l’unité de la gauche était la clef et il s’y est employé entre 1894 et 1905. Dans la même perspective, Paul Quilès pense qu’il faut rassembler des éléments programmatiques tels que le droit des travailleurs, la laïcité, l’arbitrage international, les institutions dont les questions vives sont évoquées dans le débat : le pouvoir du Président « monarque » dans la cinquième République, la minoration du rôle du premier ministre « expression du peuple », les conseillers de l’ombre et les questions diplomatiques, la place des sénateurs et le rôle du sénat. Il en ressort que la constitution est un sujet majeur et les institutions un chantier ouvert.

Merci à Paul Quilès de s’être prêté à l’exercice avec simplicité. Les participants à ce café Jaurès ont rencontré ce 10 Mai 2016, un grand serviteur de l’État.

IMG_1811

IMG_1820

IMG_1832

IMG_1821

IMG_1829

IMG_1824