Arrêt sur images : Café Jaurès du 7 novembre 2017

                                     DE MEMOIRE   ET   DE   PAIX

                                      Par  Emmanuel DELANDRE

                                      Journaliste – Auteur – Photographe

 

Ce café Jaurès du 7 novembre 2017 a débuté par un hommage à notre jeune ami de Jean Jaurès Léo Luçon , étudiant à l’institut d’ études politiques de Toulouse , décédé brutalement . L’hommage , suivi d’une minute de silence , a été rendu par son collègue et ami , Jonathan Barbier .

 

En préambule à sa présentation , Emmanuel Delandre rappelle le terrible bilan de la première guerre mondiale :

1,4 million de soldats Français tués .

9,6 millions toutes nations confondues .

Pour la France il s’agit de :

16 % de ses mobilisés

10 % de sa population active

3,4 % de sa population totale .

Dans ce contexte , les monuments répondent d’abord à un mouvement spontané . Des moments de recueillement sont respectés , le plus souvent à l’initiative des anciens combattants .

Puis est votée la loi du 25 octobre 1919 qui incite les municipalités à ériger des monuments .

Il existe un préjugé tenace selon lequel les monuments sont patriotiques . A dire vrai , la réalité est à la fois plus neutre et plus contrastée , voire complexe .

Le plus souvent , le monument aux morts est neutre . Il existe quelques monuments bellicistes , revanchards , mais ils sont minoritaires . Le monument neutre , le plus répandu , est souvent constitué d’un obélisque surmonté d’un coq ou d’un buste de soldat , de la liste des noms et d’une inscription .

L’ambivalence de certains monuments tient parfois au rôle uniformisateur des fonderies d’art .

Les monuments qui condamnent explicitement la guerre sont très rares : une cinquantaine en France , soit moins de 0,5 % . Les monuments les plus ambivalents ont une statuaire qui semble condamner la guerre par des figures de deuil ( veuves et orphelins ) mais qui s’appuient aussi sur la représentation de soldats fusillés . Par exemple le monument de Joyeuse dans l’Ardèche ( un couple qui pleure son fils ) ou celui de Presles-et-Boves ( un grand père et son petit fils se recueillant sur la tombe d’un soldat ) .

Les enfants ont subi la guerre et vu leur vie bouleversée . Pour éveiller les consciences , la statuaire pacifiste a utilisé veuves et orphelins . Le sculpteur Paul Dardé réalisera ainsi plusieurs monuments aux morts dont le plus connu est celui de Lodève . Est représenté le deuil des familles ( une femme agenouillée , 2 orphelins debout) mais également la Nation symbolisée par 4 femmes ( classes sociales ou années de guerre ? ) . On peut également citer les Pleureuses Bretonnes ( bigoudène de Penmarch dans le Finistère réalisée par René Lenoir ) , les Pleureuses du Nord ( monuments de Somain et des Lilas réalisés par Félix-André Desruelles ) et la Pleureuse d’Assat ainsi que celle de Sauveterre de Béarn , toutes deux œuvres du Palois Ernest Gabard .

En ce qui concerne les soldats , les monuments pacifistes veulent  traduire leur souffrance et leur sacrifice inutile . On les représente terrassés par une balle ou un éclat d’obus . Ces soldats de douleur , les monuments pacifistes en font des héros de la paix .

Le pacifisme des monuments ne repose pas uniquement sur des symboles et sur des allégories . Il s’appuie aussi sur les mots pour dénoncer l’absurdité et l’horreur de la guerre , contestant ainsi sa légitimité . Ainsi , sur le monument de Sainte Savine a été gravée l’inscription :  » Guerre à la guerre  » et le monument est dédié  » aux enfants victimes d’une société imparfaite « .

De nos jours , les monuments condamnant la guerre sont encore regardés d’un œil suspicieux et les débats se poursuivent entre ceux qui maudissent la guerre et ceux qui veulent faire la guerre pour préserver la paix .

Cas particulier des hommages à Jean Jaurès :

  • Monument de Carmaux : en plusieurs endroits du monument se trouvent des citations de Jean Jaurès , député de Carmaux de 1893 à 1898 et de 1902 à 1914 .  » Toute diminution de la France serait une diminution de la pensée libre  » et  » l’affirmation de la paix est le plus haut des combats « .
  •  Monument de Mazaugues dans le Var qui comporte 2 citations de Jean Jaurès et d’Anatole France .
  • Le monument à Jean Jaurès de Dôle dans le Jura est une contribution à la célébration de la paix :  » J’ose dire avec des millions d’hommes que la grande paix est possible » .

Après de nombreux échanges entre Emmanuel Delandre et l’assistance il est mis un terme à la conférence .

 


De : rene.lloret@free.fr <rene.lloret@free.fr>
Envoyé : jeudi 9 novembre 2017 16:40

Arrêt sur images : Café Jaurès du 24 octobre 2017

 « ECRIRE UNE BIOGRAPHIE DE JEAN JAURES « 

par Rémy CAZALS

Professeur émérite Université Jean Jaurès de TOULOUSE

L’objectif principal de Rémy Cazals , concernant cette biographie, est  qu’elle soit accessible à un large public .

Elle se divise en 4 grandes parties :

  •  Jaurès et sa région
  • Donner la parole à Jaurès
  • L’évolution de la pensée de Jaurès
  • Ses combats pour l’humanité

JAURES et sa région

Jean Jaurès est un languedocien , né à Castres sous le second empire . Ses parents s’adressaient toujours à lui en français mais le languedocien est sa langue d’enfance .

Il sera professeur agrégé de philosophie à Albi , puis deviendra citoyen adoptif de Toulouse de 1883 à 1885 , puis de1889 à 1892 .

Aux élections de 1889 il se présente dans sa ville natale de Castres , mais il est battu ( majoritaire dans les villes à l’exception de Castres , minoritaire à la campagne ) . En 1893 il sera élu au premier tour . Après un échec en 1998 il sera réélu en 1902 , 1906 , 1910 et 1914 . Le grand ennemi de Jean Jaurès au cours de cette période sera le baron René Reille , monarchiste , dont tous les membres de la famille sont élus . Leur position : contre l’éducation , contre les grèves et contre les lois sociales . La devise de leur famille est gravée au fronton de la mairie de Saint Amans-Valtoret :

 » Dieu , Patrie , Liberté « 

Donner la parole à JAURES

Grâce aux sources .

Les écrits :  » Les Preuves « , livre consacré à l’affaire Dreyfus .

                     » L’Armée nouvelle « .

                       Les articles parus dan La Dépêche , puis , à partir de 1904 , dans l’Humanité .

Les discours .

A noter que Jean Jaurès a souvent utilisé l’humour et l’ironie qui sont pour lui des armes de combat .

L’évolution de la pensée de JAURES

Jean Jaurès a parfois été présenté comme un républicain opportuniste , ce qui est faux .

Jaurès se voulait républicain sans autre étiquette .

Les combats pour l’Humanité .

Tout au long de sa vie Jean Jaurès a combattu pour la vérité et la justice , pour la classe ouvrière et contre l’exploitation coloniale ( au Maroc par exemple ) .

Après un échange nourri de questions-réponses entre Rémy Cazals et l’assistance , la conférence est close .