décès de notre ami Georges Mailhos

C’est avec un profond chagrin que je vous fais part, en mon nom et en celui de Jean-Jacques Rouch, de la triste nouvelle du décès de notre ami Georges Mailhos, le 12 janvier à Toulouse. Nous le savions très fatigué depuis quelques mois mais il était resté, jusqu’à ses dernières semaines, l’homme de convictions, d’esprit et de coeur que nous avons connu, et il manquera énormément à notre association dont il fut l’un des fondateurs.

Jaurès nous a appris que « le courage c’est d’aimer la vie et regarder la mort d’un regard tranquille ».

Et aussi que « c’est l’honneur des individus de travailler à une oeuvre qui les dépasse et dont ils ne verront pas le plein accomplissement ».

Je me fais votre interprète pour présenter à Madame Line Mailhos, à son fils le préfet Pascal Maihos et à sa famille, nos très sincères condoléances.

Georges Mailhos, jaurésien d’excellence, ne sera pas oublié.

De coeur avec vous. Rémy Pech.

201601142070-full

Georges Mailhos est né en 1932 à Mont-de-Marsan où son père, issu d’une longue lignée de propriétaires de Plaisance-du-Touch était préfet. Il fait de brillantes études secondaires au Lycée de Toulouse, puis intègre l’Ecole Normale Supérieure de Saint-Cloud. Agrégé de Lettres classiques, il exerce six ans au lycée Pierre de Fermat, puis est recruté à la Faculté des Lettres où il accomplit jusqu’en 1997 une carrière exemplaire de chercheur et d’enseignant. Il préside par deux fois (1980-86 et 1991-96) l’Université de Toulouse-Le Mirail devenue en 2014 Toulouse-Jean Jaurès, réalisant au cours de ses deux mandats un énorme travail de rénovation et de développement.

Spécialiste reconnu de Voltaire et des Philosophes français du XVIIIè siècle, il a toujours manifesté un intérêt majeur pour les lettres anciennes et les écrivains étrangers. Il cultiva un goût très vif pour la poésie, celle de Mallarmé, Rimbaud et René Char en particulier, et pour le cinéma dont il favorisa les études à Toulouse ( création à l’université de l’Ecole supérieure d’audiovisuel -ESAV).

Georges Mailhos s’est, depuis toujours, investi dans des actions citoyennes. Au sein de la Fédération des Oeuvres Laïques, il fonda en 1990 le cercle Condorcet, pour y organiser. de nombreux débats de société. Ardent animateur des Amis de Jean Jaurès depuis leur fondation en 2011, il a contribué de manière décisive à l’édition chez Privat des Intégrales des articles de Jaurès ( 2009) et de Clemenceau (2013) dans la Dépêche. Il fut reçu à l’Académie des Jeux Floraux en 2002 et en assura le secrétariat perpétuel. Il fut à Toulouse et bien au delà un merveilleux conférencier sachant captiver ses auditoires et susciter la réflexion sans reculer devant aucune controverse.

Les nombreux collègues, étudiants et citoyens qui ont eu le bonheur de le connaître ont unanimement apprécié sa vaste culture, son humour aiguisé et sa passion de transmettre. Homme de fortes convictions il savait dialoguer et rapprocher dans le plaisir de l’échange ceux qui pensaient différemment. De grandes sommités intellectuelles et citoyennes tels Claude Jullien, Jean-Pierre Vernant, Maurice Agulhon ou Vaclav Havel l’ont reconnu comme un des leurs. Mais il a su aussi, en restant simple et accessible enchanter un très large public qui ressent aujourd’hui son absence comme un deuil cruel.

Laisser un commentaire