27 juillet 2021

Visioconférence d’Alain Ruscio : deux ouvrages publiés

Des racines coloniales du racisme « à la française »

Petit dictionnaire des insultes racistes (Français)

Quand il s’agit de blesser l’Autre, présumé faible et sans défense, l’imagination humaine est sans limites, le vocabulaire s’enrichit – mot contestable – en permanence. Quand, de plus, une communauté humaine est persuadée qu’elle est supérieure, quand elle est seule à posséder le Verbe, majuscule à l’appui, à traduire par mille canaux le regard méprisant ou condescendant, le flot se fait torrent. Durant quatre siècles, la dévalorisation des êtres à peaux noires, basanées, brunes, jaunâtres, croisés, puis soumis au joug, mena à des comparaisons insultantes  : ces êtres étaient des sous-hommes, des animaux sans doute légèrement perfectionnés  ; ou, version douce, des éléments intermédiaires entre l’humanité réelle (la blanche), accomplie et l’animalité.

QUAND LES CIVILISATEURS CROQUAIENT LES INDIGÈNES
DESSINS ET CARICATURES AU TEMPS DES COLONIES

Il fut un temps où la France exerçait son autorité sur des millions de femmes et d’hommes, désignés pour l’occasion indigènes et catalogués noirs, jaunes, bruns, basanés… Sûr de la supériorité de ses valeurs, l’homme blanc imposa sa domination à ceux qu’il considérait physiologiquement et intellectuellement inférieurs, êtres imparfaits qu’il lui revenait donc d’humaniser (la fameuse mission civilisatrice)… Pour emporter l’indispensable adhésion des Français moyens en imposant les certitudes raciales – en fait, racistes – le dessin et la caricature envahirent tous les supports imaginables : la presse, mais aussi les affiches, les vignettes publicitaires, les images de catéchisme ou distribuées aux enfants des écoles, les cartes postales, etc. Il s’agissait de dénoncer et/ou de ridiculiser les travers de nos sujets, en proie à l’imbécillité et à la violence. Quelques protestations évidemment s’élevèrent, venues des rangs de l’extrême gauche ou plus simplement de courants humanistes, mais elles restèrent strictement minoritaires. Tiraillé en permanence entre le sourire crispé et un sentiment de révolte face à cette imagerie coloniale précisément commentée, chacun pourra nourrir sa réflexion sur les racines d’un certain regard contemporain sur les autres.
Alain Ruscio est historien, spécialiste de longue date de l’étude des comportements et des mentalités au temps des colonies.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *