Arrêt sur images : café du 30 avril 2019

Jean Jaurès et la Franc Maçonnerie :              un frère sans tablier ?

Par Bruno ANTONINI

Professeur de philosophie

Le conférencier a posé d’emblée l’affirmation que Jean Jaurès n’avait pas de vécu de maçon . Ce qui amène à considérer seulement ses rapports avec des maçons . Déjà , à Castres , son professeur monsieur Delpech était maçon . Dans le contexte de la III° République , l’homme politique qu’il est devenu a côtoyé , eu de nombreux contacts avec les maçons au pouvoir : Emile Combes , Jules Ferry . . . Pour autant le nom de Jean Jaurès n’apparait dans aucun débat , aucun article de la Franc Maçonnerie du début du XX° siècle . Cependant il existe des liens sous-jacents , souterrains , philosophiques entre Jean Jaurès et la Franc Maçonnerie .

C’est donc à travers la pensée philosophique de Jaurès que la réflexion sera menée .  » Rassembler ce qui est épars  » est une phrase du Maçonnisme et se rapproche de la philosophie de Jaurès qui découle de celle de son maître Aristote .

Les maçons ont soutenu Jean Jaurès pour la publication de l’ Histoire socialiste de la révolution française et la fondation de l’Humanité . Ils l’ont invité à la conférence du Trocadéro ( 16 décembre 1906 ) où Jaurès a prononcé un discours sur  » la question religieuse et la question sociale  » devant 6000 personnes . On trouve des affinités entre la pensée libre et le socialisme .

Jaurès affirme une liberté complète de critique pour le socialisme et la religion sans toutefois être franc maçon . En réponse à Jules Ferry , Jaurès précise 2 combats : contre le dogmatisme mystique et contre la frivolité intellectuelle .

Rémy Pech « preuve en main « !

En effet , Ferry est un positiviste mais Jaurès ne peut s’en contenter ; lui est un métaphysicien au moment où la métaphysique réapparait en philosophie . Jaurès n’évoque la Franc-Maçonnerie ni au congrès de Lyon ni au congrès de Limoges mais ne s’abaissera jamais à entrer dans des polémiques touchant le Grand Orient de France ( qui compte 1/3 de socialistes en 1906 ) . Il repousse toute avance des Frères . La pensée philosophique de Jaurès est porteuse d’un idéalisme moral , mais elle est aussi réaliste comme l’exprime le titre de sa thèse :  » De la réalité du monde sensible  » ( 1892 ) . A la suite d’Aristote Jaurès défend l’unité de l’ Être , identifié au Dieu des philosophes . Être soit en acte , soit en puissance . Même éclaté l’ Être est posé comme promesse : tout part d’une dispersion pour aller à un rassemblement .

L’union de la pensée et du corps en unité avec Dieu est présente dans la philosophie de Jaurès Ce Dieu est symbole d’ absolu , d’infini , de perfection et d’éternité . L’Être est l’Humanité en puissance et l’Humanité réalisée est l’Être en acte .

Le bureau autour de notre invité

En politique , République et socialisme s’interpénètrent . Le but est de mener la République jusqu’au bout car la République est socialisme en puissance . Il faut transposer la souveraineté du peuple en économie , ce qui débouchera sur la République sociale par l’appropriation collective des moyens de production et des échanges : c’est la  » Républication  » de l’économie . Pour Jean Jaurès , le mouvement c’est l’état qui assure le passage de la puissance à l’acte , de la République au socialisme . C’est un rapport de force métapolitique et il est indépassable .

La méthode socialiste de Jean Jaurès est la fusion des classes , leur collaboration . Toute transformation doit se faire en douceur . Jaurès rejette le coup de force et préconise la méthode de transition .

D’où sa qualification de  » réformiste révolutionnaire  » ? Il y a  » transmutation  » de la République en socialisme .

Après des échanges entre conférencier et public la séance est close .

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.