Archives pour la catégorie Histoire du socialisme

Assemblée Générale des Amis de Jean Jaurès à Toulouse du 10 janvier 2017

                   Conseil d’Administration pour 2017/2018

BARBIER Jonathan

BAUZA – RUIZ Christine

CAZALS Rémy

COHEN Françoise (excusée donc absente sur la photo)

DOUCET Dominique

GIOVANNANGELI Murielle

HIRIGOYEN Hervé

LLORET René

PECH Rémy

PETERSEN Marie-Claude

POUMAREDE Jacques

RAYNAL Alain

REY Martine

RIVALS Daniel

THIRIET Jean-Claude

                                          Bureau pour 2017/2018

Président :                         Rémy PECH

Secrétaire Général :    René LLORET

Secrétaire Adjointe :   Marie-Claude PETERSEN

Trésorier Général :      Jacques POUMAREDE

Trésorier Adjoint :        Dominique DOUCET

 

La « galette républicaine et citoyenne » a conclu cette soirée

amicale et fraternelle  …

Assemblée Générale annuelle

 

Objet : RAPPEL de notre Assemblée Générale du 10 janvier 2017.

Chers(es) Amis(es) de Jean Jaurès à Toulouse,

Dans le cadre de la prochaine Assemblée Générale de notre association « Les Amis de Jean Jaurès à Toulouse », voici quelques informations et propositions à retenir :

  • Celle-ci se tiendra le mardi 10 janvier 2017 de 18 à 20 heures.

Espace des diversités et de la laïcité – Auditorium Jean-Jacques ROUCH

38, rue d’Aubuisson – 31000 – Toulouse.

Il vous est demandé, instamment, de vous inscrire, pour une bonne tenue de cette réunion.

Merci de votre compréhension…

  • La galette « républicaine et citoyenne » clôturera nos travaux.
  • Conformément à la décision du dernier CA,

La date limite de dépôt de candidatures étant le 20/12/2016 – 20 heures

Aucune inscription pour participer à cette instance ne peut être retenue, à compter de cette date.

Ordre du jour de notre AG :

  • Modifications statutaires.
  • Election du Conseil d’Administration et du Bureau.
  • Bilan d’activités.
  • Rapport financier.
  • Projets futurs.
  • Divers.

Vous souhaitant bonne réception, veuillez croire en nos meilleurs sentiments dévoués.

 

Pour le Bureau.

René LLORET.

Secrétaire Général « Les Amis de Jean Jaurès à Toulouse »

Compte-rendu du café Jaurès du 9 décembre 2016

Animé par Jean Le Pottier, conservateur délégué des antiquités et objets d’art, Directeur des Archives Départementales du Tarn

et Rémy Pech , Président des Amis de Jean Jaurès à Toulouse, professeur émérite et ancien président de l’Université Jean Jaurès.

Pour la Laïque

Un document inédit du discours de Jean Jaurès prononcé les 21 et 24 Janvier 1910 à la chambre des députés. Document acquis par les Archives départementales du Tarn, dupliqué à notre intention par Jean Le Pottier.

Rémy Pech présente le contexte international et national de la période : la guerre russo-japonaise, les révolutions russes, l’Empire Ottoman (Turquie) allié de la Triple Alliance…l’énorme tension en Europe (bruits de bottes anticipateurs). Jean Jaurès dont c’est le dernier discours sur l’école s’impliquera désormais pour la Paix au sein de l’internationale socialiste. Les querelles internes à «  la gauche » en 1910, le portent à affirmer que la laïcité est ce qui rassemble la gauche.  Si Briand est le « père » de la loi de 1905, Jaurès est son « parrain » selon Jean Baubérot  (cité par V. Duclert, Jean Jaurès, Pour la laïque, Livre de poche, 2016). Or, en France, l’école laïque est violement attaquée : querelle des manuels scolaires, refus des sacrements pour les parents dont les enfants fréquentent l’école laïque, journaux à l’index (La Dépêche du Midi…). Ce débat sur la laïcité est toujours en gestation.

Notes de Jaurès en main, les participants ont décrypté et retrouvé les éléments présents dans le discours sous la houlette de Jean le Pottier avec les incises de Rémy Pech. Lors de ce T.D., certains ont émis des hypothèses soumises à nos chercheurs. Prononcé le 21 et le 24 Janvier ce discours-fleuve a mûri dans l’esprit du tribun sans qu’il l’eût rédigé. Il est empreint de lyrisme imagé et les expressions notées et décryptées ne se retrouvent pas toutes dans le discours. Lors de ce travail collectif et interactif nous avons croisé les principales problématiques liées à la laïcité. Nos trois guides, en effet les interventions de Rémy Cazals ont beaucoup apporté au groupe, nous ont éclairés sur les interruptions des opposants à Jaurès s’emparant de grandes figures de l’histoire comme Aristote, Copernic, Galilée, Pasteur…Nous apprenons aussi que Barrès l’incroyant interrompt Jaurès pour défendre l’Eglise ! Ceci pour des raisons politiques…

A partir de la querelle des manuels scolaires et de leur critique, nous avons pu toucher du doigt la grande difficulté d’écrire l’Histoire. Chaque époque doit être jugée en elle-même, il faut rendre justice à chaque époque. La question du monopole scolaire devient centrale face aux attaques menées par l’Eglise, cependant comment le revendiquer lorsque les classes de l’école laïque regroupent 80 à 90 élèves parfois. C’est alors que la question scolaire rejoint la question sociale. Face à ce défi la gauche doit rester unie selon Jaurès. Le monopole de l’Ecole Laïque est un idéal.

Note : rédigé de sa main nous n’avons aucun texte complet du discours de Jaurès qui a parlé six heures. Il a été retranscrit par les sténographes de l’Assemblée, a paru au Journal Officiel du lendemain et dans l’Humanité.

Biographie de Jaurès – nouvel article – Chapitre V – « Vers le socialisme 1885-1889 (deuxième partie) »

Chapitre V

Vers le socialisme        1885-1889 (deuxième partie)

À ceux qui, par erreur ou pour des raisons obscures, ont collé sur le député du Tarn élu en 1885 l’étiquette « opportuniste », Jaurès a répondu à l’avance à plusieurs reprises, d’abord en affirmant qu’il ne voulait connaitre que le camp républicain opposé aux réactionnaires, argumentation développée dans le chapitre précédent, mais aussi en révélant qu’il était acquis de bonne heure aux idées socialistes. Dès son entrée au Palais Bourbon, il aurait commencé à tracer des plans d’organisation socialiste jusqu’à ce qu’il trouve comment la concilier avec la liberté et l’épanouissement de l’individu …. lire la suite

Biographie de Jaurès- nouvel article – Chapitre IV – « D’abord, la République 1885-1889, Palais Bourbon »

Chapitre IV

D’abord, la République

1885-1889, Palais Bourbon

Normalien, Jaurès avait assisté à des séances à la Chambre des députés ; professeur en province, il avait suivi la politique nationale. C’est cependant une grande nouveauté de se trouver soi-même dans l’hémicycle. Au cours de ses premiers mois de mandat, il est très assidu mais reste silencieux ; il réfléchit, il travaille sérieusement, il se documente sur le fond des problèmes, ce qui lui permettra de nourrir de chiffres et d’arguments les articles qu’il va écrire pour La Dépêche, le grand quotidien toulousain, à partir de janvier 1887. Ces articles ne sont pas des éditoriaux comme on l’a parfois dit par erreur. Un éditorial reflète la pensée de la direction du journal ; il arrivera que les textes de Jaurès soient en désaccord avec la ligne de La Dépêche. Commencés en première colonne de la première page, les textes des « grandes signatures » appartiennent à la catégorie dite « Premier Paris » dans le jargon de la presse …. lire la suite

Compte-rendu du Colloque Jaurès du 15 Octobre 2016 au Conseil Départemental de la Haute Garonne

Compte-rendu du Colloque Jaurès du 15 Octobre 2016

                                                      ENSEIGNER LA JEUNESSE

Ce colloque conjointement organisé par le Conseil Départemental de la Haute-Garonne et Les Amis de Jean Jaurès à Toulouse a été dédié à la mémoire du Président Fondateur de l’association, Jean-Jacques Rouch récemment disparu.

Jeunesse, éducation, enseignement, des thèmes chers à Jean Jaurès, récurrents dans son œuvre ont trouvé leur approfondissement dans les différentes interventions de spécialistes. Après l’ouverture bienveillante et chaleureuse de Monsieur Georges Méric, Président du Conseil Départemental, ce fut au tour du Président des Amis de Jean Jaurès à Toulouse Rémy Pech, président honoraire de l’Université Jean Jaurès de lancer les travaux.

001

img_2522

La présidente de séance, Marie-Claude Petersen, professeure honoraire d’histoire, a présenté successivement Gilles Candar, Jean-Michel Ducomte, Franck Fischbach et Guy Dreux.

018

Gilles Candar, Président de la Société des études jaurésiennes et successeur de Madeleine Rebérioux a situé le thème du colloque dans la pensée de Jaurès, en une introduction générale mettant l’accent sur « l’immense effort de travail intellectuel et citoyen demandé à tous ».

img_2527

Jean-Michel Ducomte, Président de la Ligue de l’enseignement, professeur émérite à l’I.E.P. de Toulouse, a souligné l’engagement de Jaurès considérant que seul le néant est neutre , glorifiant la tolérance et prônant un enseignement vivant, moderne et pénétré des sciences…

045

Franck Fischbach, longtemps professeur à l’université Toulouse II Le Mirail, aujourd’hui doyen de la faculté de Philosophie de Strasbourg a développé la philosophie de l’enseignement de Jaurès, toute imprégnée de Durkheim et Weber. Etre autonome dans un environnement contraignant, arriver à être soi-même pour vouloir s’associer avec les autres, vivre pour autrui mais vivre pour soi-même, avoir un esprit libre formé par l’école laïque.

053

Guy Dreux, Professeur de sciences économiques et sociales, membre de l’institut de Recherche de la FSU, a traité de Jaurès et l’espérance scolaire car le savoir fait partie de la lutte sociale. Jaurès peut associer le socialisme à la religion, mais une religion en humanité fondée en raison ; voilà l’espérance Jaurèsienne . Jaurès se fait l’éducateur des éducateurs, en effet les instituteurs sont les grands témoins de la contradiction entre usage de l’Homme et idéal de l’Homme.

img_2593

En clôture de matinée, Yali Meng, jeune doctorante chinoise accueillie dans un laboratoire à la Maison de la Recherche de l’Université Toulouse II Jean Jaurès, a répondu à une double question : Comment s’est-elle intéressée à Jean Jaurés et ce dernier est-il connu en Chine ? Les réponses se trouvent dans le titre de sa thèse « Education Civique et Morale à l’Ecole Laïque en France des débuts de la troisième république à la veille de la première guerre mondiale » et dans l’analyse des écrits (peu nombreux) sur Jaurès des chercheurs chinois .

img_2619

Le président de séance de l’après-midi, Jacques Poumarède, professeur émérite à l’université de Toulouse I Capitole, a présenté successivement Rémy Cazals, Jacqueline Lalouette, Olivier Loubes et Catherine Moulin.

img_2638

Rémy Cazals, professeur émérite de l’Université Toulouse II Jean Jaurès, a pris l’angle de l’enseignement à la paix. Le prolétariat doit relever la tête pour sauver la civilisation humaine de la guerre et faire connaître les autres civilisations aux enfants. La paix permettra de changer la société, il n’y aura d’évolution révolutionnaire que sur la base du suffrage universel, d’une éducation fondée sur la raison, d’un groupement des prolétaires . Jaurès a pris position contre la loi des trois ans, a alerté sur un possible éclat dans les Balkans. Jean Jaurès aurait mérité le prix Nobel de la Paix selon une confidence d’Anatole France à Marie-Louise Puech.

img_2647

Jacqueline Lalouette, professeure émérite à l’Université de Lille III, nous a entretenu de Jaurès et l’enseignement privé, en rappelant le contexte conflictuel de ces années où la question du monopole d’état en matière scolaire se conjugue avec la question de la laïcité. Jaurès pose le droit de l’enfant à l’éducation et à être mis en communication avec toute la pensée humaine. A ce droit répond un devoir celui de la Nation qui doit assurer une éducation libre, rationnelle, moderne…fondement de la démocratie. Jaurès refuse la neutralité, l’école laïque doit être porteuse d’un idéal.

091

Olivier Loubes, professeur en classes préparatoires au Lycée Saint Sernin de Toulouse, en cet anniversaire du Front Populaire, a établi le lien entre Jean Zay et Jean Jaurès, la défense de la démocratie par la culture à travers la création du Festival de Cannes (1939), empêchée par la déclaration de guerre, effective en 1948. Abondamment illustrée, cette communication s’est conclue par l’assertion que la démocratie permet d’empêcher la guerre.

080

Catherine Moulin, professeure au Lycée Pierre Brossolette à Villeurbanne, nous a exposé des éléments d’expériences et de recherche à propos de la place occupée par Jaurés dans les programmes du collège et du lycée actuels en regard des vingt dernières années. Si cette place a considérablement diminué, elle nous présente quelques documents (caricatures, tableau, photos, films….) qui permettent de réintroduire les aspects principaux de la pensée de Jaurés et son actualité.

103

Entre les interventions, Francis Ricard a lu des textes choisis en lien avec les thèmes traités.

img_2626

à suivre dans de prochains jours, les enregistrements sonores des conférenciers enregistrés lors du colloque.

img_2571

img_2714

Nouvel article dans la rubrique  » une biographie de Jean Jaurès « 

Chapitre III

Débuter en enseignement et en politique
1881-1885, Albi et Toulouse

La lettre écrite de La Fédial par Jean Jaurès à Charles Salomon le 25 juin 1881 nous donne d’abord de précieux renseignements sur la durée des voyages en train. En partant de Paris à 7 heures du matin par le « direct », il serait arrivé à Castres le lendemain matin à 10 heures. Mais il l’a raté et, par « l’omnibus », le trajet a duré trente six heures. Jean ajoute qu’en ville on hésitait à le reconnaitre : « d’autant plus que je venais de m’habiller de neuf, avec un charmant costume dandy et un chapeau de paille à bords retroussés qui me rajeunit de dix ans. »
Un peu plus tard : « Quand nous reverrons-nous ? Je ne puis songer sans tristesse que nous étions toujours ensemble, vivant presque de la même vie, et que maintenant il faut compter sur une bonne fortune pour se revoir bientôt. » En effet, après les années parisiennes, après les années d’études, une nouvelle vie commence pour Jean Jaurès, d’abord dans l’enseignement, puis dans la politique, une nouvelle période marquée aussi par des tournants dans sa vie privée.

1. Nouvelles situations

Depuis la fin des années 1870, Jules Jaurès était très malade. Il meurt le 27 mai 1882. Jean décrit sa fin dans une lettre émouvante à son ami Charles Salomon ….  lire la suite