COMPTE-RENDU du CAFÉ JAURÈS DU 11 AVRIL 2016  » MARIE-LOUISE ET JULES PUECH, PACIFISTES ET FEMINISTES « 

COMPTE-RENDU du CAFÉ JAURÈS DU 11 AVRIL 2016

MARIE-LOUISE ET JULES PUECH,

PACIFISTES ET FEMINISTES
DANS LES DEUX GUERRES MONDIALES

PAR REMY CAZALS
PROFESSEUR ÉMERITE d’HISTOIRE CONTEMPORAINE 
A l’UNIVERSITÉ JEAN JAURÈS de TOULOUSE

IMG_1726

Nés à la fin du XIX iéme siècle dans le Sud du Tarn, terre de gauche qui perpétue leur mémoire (exposition en Novembre 1988 visitée par François Mitterrand).

Dans un premier temps sont évoquées les années de formation. Jules a été élève au collège de Castres, son baccalauréat en poche, il s’inscrit à la Faculté de Droit de Toulouse où il rencontre Albert Vidal, protestant et républicain comme lui.. Ils fondent La Revue Provinciale, qui a pour but la décentralisation culturelle. Elle paraîtra durant presque 5 ans. Dreyfusard, Jules défendra un de ses professeurs contre tous. Marie-Louise obtient sa licence d’Allemand et part au Canada enseigner à l’Université. A son retour elle se marie avec Jules en 1908 et ils vivent à Paris au quartier latin. Leur immeuble abrite différentes organisations pacifistes « sous un toit commun » : l’association « la paix par le droit », « la société française pour l’arbitrage entre nations », Carnegie Endowment for international peace », « la bibliothèque Frédéric Passy ».Jules est aussi membre de la Ligue des Droits de l’Homme et du Citoyen.

201603121676-full

Ensuite, Jules et Marie – louise sont dans la tourmente de « cette saleté de guerre ». Jules réformé, participera cependant à celle-ci et Marie-Louise le remplacera dans les associations. Elle fait venir dans la bibliothèque F. Passy des journaux allemands qui transitent par la Suisse. Elle poursuit les relations internationales, les publications, demande des dessins au Canard Enchaîné….La censure est forte, mais elle va parler au censeur et lui tient tête. Elle s’occupe de la sauvegarde des enfants réfugiés du Nord de la France et écrit tous les jours deux à quatre pages à son mari, lui envoie des colis.Elle est la marraine de guerre de nombreux filleuls. (ses relations au Canada et aux Etats-Unis l’aident financièrement). Après la guerre, tous deux militent à pour la S.D.N.

Durant la seconde guerre mondiale, en 1940, ils quittent Paris et se réfugient à Borie Blanque dans le Tarn et de là aident les réfugiées, Leurs activités de résistance sont multiples : envoi de mensualités, aide au logement, à l’activité professionnelle, inscription universitaire, encouragement à écrire, à raconter son passé et faire des projets d’avenir. Parmi ces réfugiées, des juives en grand danger seront sauvées de la mort par Marie-Louise (une tuberculeuse sera envoyée dans un sanatorium, près de Cahors et une autre sera libérée du camps de Gurs, après l’interpellation du ministre de la justice du gouvernement de Vichy par Marie-Louise).Tous deux, permettent l’impression de la thèse de Christine Morrow (australienne) par les Frères Lion, thèse soutenue avec au Jury Raymond Naves et le recteur Dottin. Jules retrouvera Albert Vidal et rédigera avec lui des tracts résistants mais aussi des textes critiquant le Maréchal Pétain et lui étant adressés personnellement.
Dans l’esprit de Jaurès ils auront fait honneur à la région.

IMG_1714

IMG_172

IMG_1724

IMG_1720

 

**************************************************************************

 

Laisser un commentaire