Café Jaurès du 18 avril 2017 : « Arrêt sur image »

Les déplacements de Jean JAURES en région lyonnaise


par Catherine MOULIN

* * * * * * * * * * * * * * * * *

Lorsqu’on évoque les déplacements de Jean Jaurès en région Lyonnaise, on pense au fameux discours de Vaise, prononcé le 25 juillet 1914 dans un quartier populaire de Lyon, parce qu’il s’agit de l’ultime discours prononcé avant son assassinat le 31 juillet.
Mais Jean Jaurès a effectué 33 déplacements dans cette même région entre 1886 et 1914.

3 thèmes articulent cette conférence :

• La périodisation des déplacements de Jaurès.
• Le déroulement de ceux-ci.
• Le regard porté sur Jaurès par la presse locale.

* * * * * * * * * * * * * * *

Entre 1893 et 1900, Jaurès, devenu député socialiste de Carmaux en janvier 1893, vient soutenir des ouvriers en grève dans la Loire. En 1993 et 1894 il soutient les métallurgistes puis les verriers en grève de Rive de Gier ; en 1895, des tisseurs. Il s’agit chaque fois de grèves qui posent le problème fondamental de la reconnaissance du droit syndical par le patronat.
Entre le 24 décembre 1899 et le 7 janvier 1900 Jaurès joue un rôle de premier plan dans le conflit des mineurs de la Loire. Chaque soir il rend compte des négociations aux mineurs.
Entre 1898 et 1900, Jaurès va se poser en Dreyfusard et en défenseur de la laïcité.
Dans le cadre de l’affaire Dreyfus il s’exprime à Lyon le 23 octobre 1898. En 1899, il évoque à 2 reprises l’affaire, à Grenoble en mai et à Valence le 30 octobre.
Au tournant du siècle, il mène la lutte contre le cléricalisme. C’est dans ce contexte qu’il participe à la fête du Denier des écoles de la ville de Lyon en novembre 1900.
Après 1900, le caractère proprement socialiste des déplacements de Jaurès s’affirme : meetings d’ouverture de congrès départementaux ou nationaux (PSF à Saint-Etienne en février 1904 , SFIO en 1909 , toujours à Saint-Etienne , en 1912 à Lyon).
Il intervient également dans des réunions lors des campagnes électorales.
Après 1900 Jaurès est devenu une personnalité politique de premier plan et est parfois reçu en grande pompe par certaines municipalités.

* * * * * * * * * * * * * *

Jaurès regroupe souvent ses interventions dans le cadre de petites tournées. L’arrivée de Jaurès est parfois très discrète, notamment lors des grèves. Le reste du temps le » protocole d’accueil  » est plus ou moins solennel. Il participe inévitablement à des vins d’honneur et des banquets. Parfois aussi à des cortèges et des manifestations (certaines d’entre elles peuvent être tout à fait spontanées, comme à Lyon le 23 octobre 1898).
Jaurès, passionné d’art et d’histoire s’autorise parfois une escapade récréative et culturelle.
Lors des réunions publiques dans quels lieux Jaurès s’exprime-t-il ? Dans des salles  » polyvalentes « , de concert, de spectacle, voire de sport (le cirque Rancy ou le Palais de Glace). Il s’exprime aussi dans les Bourses du Travail.
A l’exception des réunions de grévistes, les réunions attirent un public hétérogène. Après les chants d’ouverture (Internationale et Carmagnole le plus souvent), l’orateur prend la parole. Il parle entre 3/4 d’heure et 3 heures.

* * * * * * * * * * * * * * *

Dessins et photos sont très rares dans la presse locale. D’où des descriptions dans les articles.
Silhouette et visage sont qualifiés de décevants dans la presse de droite.
L’image d’un comédien, d’un histrion est utilisée tant par la presse de droite que par les Guesdistes.
Sa voix, dans ces journaux, est jugée puissante, mais mauvaise, criarde.
Le style oratoire est aussi critiqué.
Dans la presse de la région lyonnaise qui lui est hostile, il est souvent présenté comme un intrigant, un arriviste, un profiteur de grèves.
Avec l’affaire Dreyfus puis les débuts du journal l’Humanité, l’accusation de corruption s’affirme.
Mais il existe une presse socialiste qui le présente comme un homme aux talents oratoires remarquables.
Certains articles sont empreints d’une véritable ferveur (« L’Eclaireur de Vienne » du 16 septembre 1909).

Les déplacements de Jaurès dans la région lyonnaise furent donc nombreux et reflètent une part importante de son activité politique.

Suit une série de questions-réponses avec l’auditoire qui met fin à ce Café Jaurès.

* * * * * * * * * * * * * * * * * *

Conférence d’Edgar MORIN

Merci aux nombreux amis de Jean Jaurès qui ont accouru jeudi dernier 4 mai à la conférence d’Edgar Morin, dans un amphi Cujas où se pressaient une foule d’étudiants . Soyez remerciés par cette image croquée par l’avisé René. Le sourire d’Edgar, éclairant sa face de vieux chaman, pour évoquer ses années de jeune résistant à Toulouse et Pechbonnieu puis définissant avec des mots simples et précis les enjeux cruciaux de notre monde bouleversé , et dégageant enfin les issues, la catastrophe irrémédiable ou la « voie » d’une société solidaire, attentive à chacun et porteuse d’amour. Edgar n’a pas omis de citer Jaurès, et nous nous en souviendrons pour l’inviter à notre tour.
Quel plaisir, quel réconfort, bien au-delà des sombres nuées d’une actualité heurtée et angoissante, un ciel bleu ! Merci Edgar !

Rémy PECH.

Café Jaurès : mardi 18 avril à 18 heures

Café Jaurès

Mardi 18 avril 2017 – 18 heures

Espace des Diversités et de la laïcité

38,  rue d’Aubuisson – Toulouse

Auditorium JJ Rouch

   
Catherine MOULIN

              Professeure agrégée au Lycée Edouard Branly – Lyon

   Lorsqu’on pense à l’activité politique de Jaurès, on évoque avant tout son activité à Paris (à la Chambre des députés, dans les locaux de l’Humanité, voire dans de grandes manifestations comme au Pré st Gervais en mai 1913), à l’étranger, ou bien alors on songe à l’enfant du Tarn, au député de Carmaux. Mais Jaurès sillonnait aussi la France en réponse à de multiples sollicitations.

Si on évoque sa présence dans la région lyonnaise (à savoir Rhône, Loire, Isère, Ain, Drôme, Hte Savoie), on pense essentiellement au fameux « discours de Vaise », prononcé le 25 juillet 1914, dans un quartier populaire de Lyon, parce qu’il s’agit de l’ultime discours de Jaurès en France avant son assassinat le 31 juillet.

Ce discours est en réalité révélateur d’une présence que l’on pourrait qualifier d’ « assidue » de Jaurès dans la région lyonnaise tout au long de sa vie politique : entre 1886 et 1914, il y est venu une trentaine de fois.

Mon propos s’articulera autour de 3 thèmes : une périodisation des déplacements de Jaurès replacée dans le contexte plus large de ses différents engagements politiques.

Nous verrons ensuite comment s’organisent et se déroulent concrètement les déplacements de Jaurès.

Une dernière partie sera consacrée à l’image que la presse locale donne de Jaurès.

Catherine MOULIN est l’auteure d’un mémoire de maîtrise intitulé : « Jean Jaurès, un missionnaire du socialisme : regards sur sa présence en région lyonnaise », réalisé sous la direction d’Yves Lequin, et soutenu en 1986 à l’Université Lumière Lyon 2 sous la présidence de Madeleine Rebérioux.

 

Entrée libre.

Café Jaurès du 1er mars 2017 : « Arrêt sur image »

LES MONUMENTS EN HOMMAGE A JEAN JAURES

par Jacqueline Lalouette

Historienne et professeure d’Histoire contemporaine

Jacqueline Lalouette , après avoir rendu hommage à Maurice AGULHON, qui fut son professeur à la Sorbonne , dresse la liste des grands statufiés Français .

Jean JAURES , avec 53 représentations ( des bustes pour la plupart ) , se classe en 3° position , après Jeanne d’Arc et le Général de Gaulle .

Ces représentations de Jean Jaurès sont essentiellement localisées dans le Sud Est , le Centre et le Nord Est de la France .

Elles ont été érigées après la guerre de 1914-1918 , mais surtout après le procès de Raoul Villain et son acquittement . C’est en 1919 qu’apparaît la première idée de statue de Jaurès en place Publique . Deux ans plus tard , en 1921 , sont érigés des monuments en Aveyron et dans les Pyrénées Orientales , à Perpignan .

Parfois , ces représentations se limitent à de simples portraits , comme à Izeure ou à Montpellier .

On trouve également des bustes : celui d’Albi , œuvre de Gabriel Pech , celui de Caudebec-lès-Elbeuf en Seine Maritime ou ceux d’Istres , de Revin , de Cazères sur Garonne , de Courbevoie , de Méru , de Millas , de Saint Amand les eaux , de Saint Etienne ou de Toulouse . A signaler le buste de Chaudun qui repose sur un monument à la mémoire de son fils Louis , tombé au champ d’honneur dans les environs .

Parfois , Jean Jaurès est représenté à mi-corps . On peut citer les statues de Friville , de Lavelanet ou de Pierrefitte .

Il existe enfin des statues en pied : à Castres , Carmaux , Albi , Montpellier ,Liévin , Blaye les mines .

Qu’il s’agisse de statues à mi-corps ou en pied , Jaurès est toujours représenté en orateur , jamais en écrivain .

La présentation des statues se fait le plus souvent à partir du socle .

Lorsqu’il est simplement inscrit  » Jean Jaurès « , il s’agit d’une information .

Lorsqu’il est indiqué  » A Jean Jaurès  » , il s’agit d’une dédicace .

Mais on peut trouver également des qualifications ; par exemple , »Jean Jaurès , apôtre de la paix  »

Sur les monuments figurent le plus souvent le nom du sculpteur , la date à laquelle l’œuvre a été réalisée , le nom des architectes , parfois celui du fondeur et des citations de Jaurès .

Lors des inaugurations des monuments à la mémoire de Jean Jaurès , au cours des 30 premières années du siècle dernier , une foule nombreuse était présente . De nos jours , peu de monde assiste à de telles cérémonies .

Il est à signaler , hélas , que plusieurs statues ont été vandalisées .

Après des échanges entre Jacqueline Lalouette et le public , la conférence prend fin .

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

Café Jaurès du 31 janvier 2017 : « Arrêt sur image »

« Jaurès : Le syndicalisme hier, aujourd’hui, demain »

Intervenants :

                                                   Annie THOMAS, CFDT

 Georges PORTALES , FO                                         Boris BEAUDOIN, CGT

Modérateur, Alain RAYNAL                               Bernard  DEDEBAN , FSU

Après l’introduction du Président Rémy Pech , dans laquelle il salue la mémoire de Rolande Trempé et rappelle les références ouvrières très fortes de Jean Jaurès , confirmées tout au long de ses différents mandats , chaque intervenant se présente .

Alain Raynal évoque ensuite les liens entre Jaurès et le syndicalisme . Le socialisme Républicain de Jaurès s’appuie sur le syndicalisme . Si des tensions sont apparues entre les syndicats et celui-ci lorsqu’il approuve l’entrée de Millerand dans le gouvernement de Waldeck-Rousseau , elles s’apaisent en 1906 , lors de la Charte d’Amiens .

Chaque représentant de formation syndicale répond ensuite à une série d’interrogations :

Qu’en est-il de l’indépendance des syndicats ?

Que reste- t -il de l’époque Jaurésienne pour les différentes organisations ?

Une réunification syndicale est-elle envisageable ?

Pour Annie Thomas , aujourd’hui , la démocratie Française garantit l’indépendance du syndicalisme . L’intérêt général doit être défini par les politiques , mais aussi par les syndicats et les associations . La formule de Jean Jaurès  , << Partir du réel et aller vers l’idéal >> est reprise par la CFDT , syndicat réformiste , pour lequel le réformisme n’est pas un renoncement mais une ambition .

Georges Portales indique ensuite le total désaccord de son organisation avec la CFDT concernant la loi Travail ; puis , après avoir souligné que la plupart des fondateurs à Toulouse étaient des résistants , il affirme que FO est révolutionnaire dans l’inspiration et réformiste dans l’application .

Bernard Dedeban rappelle l’actualité de la pensée de Jaurès sur le syndicalisme et fait l’historique de la création de la FEN et de la FSU . La FSU est favorable à l’unification du mouvement syndical et à l’indépendance à l’égard des partis politiques .

Enfin , Boris Beaudoin précise que seule la CGT existait à l’époque de Jaurès ( créée le 23 septembre 1895 à Limoges ) , qu’elle rejette tout lien avec les partis politiques et qu’elle défend tous les travailleurs sans exclusive .

Une série de questions-réponses avec la salle met fin

à ce café Jaurès .

Prochain Café Jaurès Mercredi 1er mars

Prochain Café Jaurès

 

                Mercredi 1er mars 2017 – 18 heures

                           Auditorium Jean-Jacques Rouch

                                     Espace des Diversités et de la laïcité

                                               38, rue d’Aubuisson – Toulouse

 

                                                                                                  Jacqueline LALOUETTE

                  Historienne et Professeure d’histoire contemporaine

Traitera le thème suivant :

« Les monuments en hommage à  Jean Jaurès ».

Approches chronologiques, géographiques et typologique.

Evocation et reconnaissance du « grand homme »

au travers des édifices érigés en sa mémoire.

 

Entrée libre.

                                              « Les Amis de Jean Jaurès à Toulouse »

                                     38 bis, avenue de Courrège – 31400 – Toulouse

                    Contact : 06.42.62.65.73. – Courriel : rene.lloret@free.fr

                                                   www.amisdejaures-toulouse.info

Café Jaurès mardi 31 janvier 2017 à 18 heures

 

 

Notre prochain Café :

« Jaurès : le Syndicalisme, hier, aujourd’hui, demain »

aura lieu :

Mardi 31 janvier 2017

18 h – 20 h 30

 

Auditorium Jean-Jacques ROUCH

Espace des Diversités et de la Laïcité

38, rue d’Aubuisson – Toulouse

 

Une table ronde avec :

 Annie THOMAS : en 1992 Secrétaire Générale interprofessionnelle de Midi-Pyrénées – de 1998 à 2009 Secrétaire Nationale de la CFDT. Conseillère pour les affaires sociales de l’Ambassade de France en Espagne.

Georges PORTALES : Ancien secrétaire, membre du bureau de l’Union Départementale FO, responsable de la commission Histoire de l’UD 31 FO.

Bernard DEDEBAN : Secrétaire Général de la FSU 31.

Boris BEAUDOIN : Responsable de la Politique Financière à l’UD CGT 31.

Alain RAYNAL : Membre au CA et Ami des Amis de Jean Jaurès, il sera notre « modérateur » qui animera les débats, des débats sans langue de bois, francs, directs, mais pleins de fraternité…

 

Entrée libre…

06.42.62.65.73. – Courriel : rene.lloret@free.fr

www.amisdejaures-toulouse.info

Assemblée Générale des Amis de Jean Jaurès à Toulouse du 10 janvier 2017

                   Conseil d’Administration pour 2017/2018

BARBIER Jonathan

BAUZA – RUIZ Christine

CAZALS Rémy

COHEN Françoise (excusée donc absente sur la photo)

DOUCET Dominique

GIOVANNANGELI Murielle

HIRIGOYEN Hervé

LLORET René

PECH Rémy

PETERSEN Marie-Claude

POUMAREDE Jacques

RAYNAL Alain

REY Martine

RIVALS Daniel

THIRIET Jean-Claude

                                          Bureau pour 2017/2018

Président :                         Rémy PECH

Secrétaire Général :    René LLORET

Secrétaire Adjointe :   Marie-Claude PETERSEN

Trésorier Général :      Jacques POUMAREDE

Trésorier Adjoint :        Dominique DOUCET

 

La « galette républicaine et citoyenne » a conclu cette soirée

amicale et fraternelle  …

Assemblée Générale annuelle

 

Objet : RAPPEL de notre Assemblée Générale du 10 janvier 2017.

Chers(es) Amis(es) de Jean Jaurès à Toulouse,

Dans le cadre de la prochaine Assemblée Générale de notre association « Les Amis de Jean Jaurès à Toulouse », voici quelques informations et propositions à retenir :

  • Celle-ci se tiendra le mardi 10 janvier 2017 de 18 à 20 heures.

Espace des diversités et de la laïcité – Auditorium Jean-Jacques ROUCH

38, rue d’Aubuisson – 31000 – Toulouse.

Il vous est demandé, instamment, de vous inscrire, pour une bonne tenue de cette réunion.

Merci de votre compréhension…

  • La galette « républicaine et citoyenne » clôturera nos travaux.
  • Conformément à la décision du dernier CA,

La date limite de dépôt de candidatures étant le 20/12/2016 – 20 heures

Aucune inscription pour participer à cette instance ne peut être retenue, à compter de cette date.

Ordre du jour de notre AG :

  • Modifications statutaires.
  • Election du Conseil d’Administration et du Bureau.
  • Bilan d’activités.
  • Rapport financier.
  • Projets futurs.
  • Divers.

Vous souhaitant bonne réception, veuillez croire en nos meilleurs sentiments dévoués.

 

Pour le Bureau.

René LLORET.

Secrétaire Général « Les Amis de Jean Jaurès à Toulouse »

Compte-rendu du café Jaurès du 9 décembre 2016

Animé par Jean Le Pottier, conservateur délégué des antiquités et objets d’art, Directeur des Archives Départementales du Tarn

et Rémy Pech , Président des Amis de Jean Jaurès à Toulouse, professeur émérite et ancien président de l’Université Jean Jaurès.

Pour la Laïque

Un document inédit du discours de Jean Jaurès prononcé les 21 et 24 Janvier 1910 à la chambre des députés. Document acquis par les Archives départementales du Tarn, dupliqué à notre intention par Jean Le Pottier.

Rémy Pech présente le contexte international et national de la période : la guerre russo-japonaise, les révolutions russes, l’Empire Ottoman (Turquie) allié de la Triple Alliance…l’énorme tension en Europe (bruits de bottes anticipateurs). Jean Jaurès dont c’est le dernier discours sur l’école s’impliquera désormais pour la Paix au sein de l’internationale socialiste. Les querelles internes à «  la gauche » en 1910, le portent à affirmer que la laïcité est ce qui rassemble la gauche.  Si Briand est le « père » de la loi de 1905, Jaurès est son « parrain » selon Jean Baubérot  (cité par V. Duclert, Jean Jaurès, Pour la laïque, Livre de poche, 2016). Or, en France, l’école laïque est violement attaquée : querelle des manuels scolaires, refus des sacrements pour les parents dont les enfants fréquentent l’école laïque, journaux à l’index (La Dépêche du Midi…). Ce débat sur la laïcité est toujours en gestation.

Notes de Jaurès en main, les participants ont décrypté et retrouvé les éléments présents dans le discours sous la houlette de Jean le Pottier avec les incises de Rémy Pech. Lors de ce T.D., certains ont émis des hypothèses soumises à nos chercheurs. Prononcé le 21 et le 24 Janvier ce discours-fleuve a mûri dans l’esprit du tribun sans qu’il l’eût rédigé. Il est empreint de lyrisme imagé et les expressions notées et décryptées ne se retrouvent pas toutes dans le discours. Lors de ce travail collectif et interactif nous avons croisé les principales problématiques liées à la laïcité. Nos trois guides, en effet les interventions de Rémy Cazals ont beaucoup apporté au groupe, nous ont éclairés sur les interruptions des opposants à Jaurès s’emparant de grandes figures de l’histoire comme Aristote, Copernic, Galilée, Pasteur…Nous apprenons aussi que Barrès l’incroyant interrompt Jaurès pour défendre l’Eglise ! Ceci pour des raisons politiques…

A partir de la querelle des manuels scolaires et de leur critique, nous avons pu toucher du doigt la grande difficulté d’écrire l’Histoire. Chaque époque doit être jugée en elle-même, il faut rendre justice à chaque époque. La question du monopole scolaire devient centrale face aux attaques menées par l’Eglise, cependant comment le revendiquer lorsque les classes de l’école laïque regroupent 80 à 90 élèves parfois. C’est alors que la question scolaire rejoint la question sociale. Face à ce défi la gauche doit rester unie selon Jaurès. Le monopole de l’Ecole Laïque est un idéal.

Note : rédigé de sa main nous n’avons aucun texte complet du discours de Jaurès qui a parlé six heures. Il a été retranscrit par les sténographes de l’Assemblée, a paru au Journal Officiel du lendemain et dans l’Humanité.

un homme une histoire